Passer une annonce
GRATUITE

CITROEN 5HP C3 TREFLE - 1926

12 500 €

Réf : A522919 Actualisée le : 18/11/2022

CITROEN 5HP C3 TREFLE - 1926

Créer une alerte CITROEN 5HP

12 500 €

Vendeur Particulier

Dordogne (24) - CHAMPNIERS-ET-REILHAC (24360) Voir sur la carte

Envoyer un email

Description

CITROËN C3
Carrosserie trèfle

La Citroën 5HP est animée par un moteur 4 cylindres en ligne, 856 cm3, développant 11 ch (5 cv fiscaux). La vitesse maxi est de 60 km/h.


La genèse de la Type C se situa dans l'immédiat après-guerre, alors que l'Europe entière se trouvait dans un état désastreux, notamment sur le plan économique, où une inflation implacable réduisait la valeur de l’épargne et des investissements de toute nature. .

Seuls les industriels ayant une approche particulièrement moderne de la production pouvaient espérer traverser la crise financière avec un minimum de dommages.

Le premier parmi eux en Europe, fut André Citroën, un fervent admirateur des méthodes de fabrication en série d’Henry Ford, surtout après sa visite à Détroit en 19123. Il avait pu mettre ces méthodes en pratique pendant la guerre dans son usine de fabrication de munitions ou il avait obtenu des niveaux de production remarquables (50 000 obus par jour).

A la fin de la guerre, Citroën avait une usine entièrement équipée, qu’il décida d’utiliser pour la production de masse de véhicules comme Henry Ford l'avait fait avec son célèbre modèle T depuis 1908.


André Citroën et Henry Ford Juin 1923
Alors que le gouvernement français encourageait, par des avantages fiscaux, les constructeurs automobiles à investir dans les cycle cars,(poids maximum : 350 kg), Citroën préféra faire son entrée dans le segment des petites voitures, alors monopolisé par Peugeot et Renault.


En dépit de sa ressemblance avec la Type A dessinée par Jules Salomon, la 5HP était surtout l’œuvre de l'ingénieur Edmond Moyet qui, comme Jules Salomon, arriva au Quai de Javel en provenance du « Zèbre », après une expérience dans le domaine des voitures populaires; quelques mois plus tôt, il avait dessiné un véhicule très similaire pour Amilcar : la « CC ».

Le résultat de ce projet fut présenté pour la première fois au Salon de l'Auto en Novembre 1921 sous le nom de Type C sachant que les commandes et les premières livraisons de la voiture ne furent reçues qu'au printemps 1922.

La Type C était une petite voiture proposée uniquement avec une carrosserie Torpédo à deux places, d'une longueur de seulement 3,2 mètres et avec un empattement de 2,25 mètres (châssis court).

La ligne était élégante, malgré la petite taille de la carrosserie. L’avant présentait une très belle calandre en forme de coupe-vent et la partie arrière de la carrosserie était « de Type Sport avec pointe de course allongée et pontée. »

La 5HP était une voiture populaire, destinée à pénétrer le segment de marché inférieur à celui de la 10 HP Type A. Elle était « livrée complète, sans supplément, avec démarrage et éclairage électrique, cinq roues garnies de pneus et avec pont arrière muni d’un différentiel «.

Le prix de vente de la 5HP Torpédo en 1922 8 500 FR représentait environ 60 % de celui de la 10 HP B2 (13 900 FR) et était également très inférieur à celui de sa principale concurrente, la Peugeot Quadrilette (10 000 FR) qui n’était qu’un cycle car.

Bien qu'ingénieur de formation, André Citroën était surtout un génie des affaires a la recherche d’idées nouvelles à assimiler et à exploiter . C’est ainsi qu’il avait fondé une société de crédit à la consommation, permettant aux clients d’acheter ses voitures a crédit, une méthode nouvelle pour l’époque. De même, Citroën diffusait des tarifs détaillés des réparations et inventa le système d’échange-standard de pièces mécaniques remises à neuf à l’usine .

André Citroën faisait preuve d’un impressionnant sens de la publicité ; une facette de son génie fut de promouvoir cette voiture vers un public féminin, ce qui était absolument inhabituel à l'époque. Tous les documents publicitaires de la 5HP représentaient en effet la voiture conduite par une jeune femme.

Après un démarrage lent en 1922, le succès de la 5HP fut tel qu'à partir de 1924, elle représentait la moitié des ventes de Citroën (près de 30 000 véhicules) et devint la première automobile populaire européenne.

Louis Renault (1877-1944) aurait décrit la 5HP comme «la voiture qui l’avait empêché de s'endormir»3.

Pierre Dumont dans «Quai de Javel, Quai André Citroën»,( 1976) écrivit : « La 5 CV Citroën roulait à 60 km/h, une vitesse qu'elle semblait pouvoir tenir indéfiniment, et elle était d'une robustesse incroyable. Elle remporta un grand succès, tant à cause de ses qualités, de son élégance, surtout en cabriolet que de son prix » 4.

L’appellation commerciale : « 5HP » devint « 5CV » en fin 1925, à l’occasion du changement du mode de calcul de la puissance des moteurs (passage de Horse Power à Chevaux Vapeur).

Citroën installa un réseau de cinq mille agents entre 1919 et 1925 dans le monde entier, et des filiales et concessionnaires exclusifs furent implantés un peu partout : Japon, Pays-Bas, Suisse, Danemark, Afrique du Nord, Australie, Amérique du Sud, etc. Des unités de production furent installées en Espagne, Italie, Pologne, Algérie, Belgique et Angleterre à partir de 1925, afin d’échapper aux barrières douanières qui imposaient des taxes élevées pour les produits d’importation dans certains pays (ex. : droits Mac Kenna en Grande-Bretagne).

Les premières voitures de série furent construites en mars 1922. en version Torpédo 2-places puis début 1923, une version Cabriolet 2-places plus luxueuse suivit . Fin 1923, une version torpédo 3-places et une fourgonnette furent ajoutés.


« Bubsy » arrivant à Sydney en décembre 1925.
La 5HP était un modèle de fiabilité et de frugalité par rapport à la concurrence : elle était extrêmement robuste comme en témoigne « Bubsy », une Torpédo 2-places achetée d’occasion par deux étudiants, qui effectuèrent à son bord en 1925 dans des conditions extrêmes et sans aucun problème mécanique, un périple de 17 000 km en cinq mois autour de l’Australie5,6.


Malheureusement, bien que la 5HP ait été un succès indéniable, elle était insuffisamment rentable. Un modèle « Type C.4 », à carrosserie « tout acier » fut envisagé mais finalement abandonné à cause d’un prix de revient beaucoup trop élevé. Afin de préparer la naissance de la B14 « tout acier », André Citroën prit seul la décision, contre l’avis général, de mettre fin à sa production en mai 1926.

La 5HP est aujourd’hui la voiture de collection type des années 1920. Son succès tient à ce qu’elle a déjà été à son époque une immense réussite commerciale et aussi au fait qu’il est possible de la restaurer très facilement à partir de pièces d’époque encore nombreuses et de refabrications. Sur les 81 000 5HP construites, beaucoup ont été transformées en véhicules utilitaires, tracteurs, etc. Il était estimé qu’environ deux à trois mille voitures (3 à 4 %) ont survécu.

à voir également