VENTURI 600 LM-S GT1 - 1996

Réf : A478010 Actualisée le : 24/01/2023

VENTURI 600 LM-S GT1 - 1996

Créer une alerte VENTURI 600

HISTORIC CARS

Hauts de Seine (92) - MEUDON (92190) Voir sur la carte

Voir le téléphone Envoyer un email

Description

L'ultime évolution de la 600 LM
Éligible dans les nouvelles séries des Masters, Peter Auto et le Mans Classic
Prête à rouler.
No de châssis 03
Châssis MONOCOQUE ACIER
Carrosserie CARBONE KEVLAR
Moteur PRV 3 LITRES DOUBLE TURBO
Puissance 600 CH. @7 200 T/MIN
Boite de vitesse HEWLAND 5 VITESSES
Poids 1100 KG

Le 4 février 1993 la Venturi 500 LM est présentée avec pour objectif les 24 heures du Mans.
En effet, la nouvelle réglementation permet aux GT de participer à la course Mancelle ce qui ouvre de nouvelles perspectives à Venturi. Les acquéreurs de 500 LM sont assurés de bénéficier du soutien de l’usine qui compte bien saisir cette opportunité pour développer sa notoriété.
Dès 1993, pas moins de sept Venturi 500 LM seront engagées aux 24 heures du Mans. Les châssis sont donc les numéros CLM0001 à 7. Aux essais préliminaires seulement trois voitures seront prêtes. C’est donc avec peu de préparation que les voitures se présentent à la course. A l’issue de 24 heures de course, cinq voitures sur sept sont parvenues à franchir la ligne d’arrivée, classées de la 23ème à la 92ème place, ce qui fera écrire à Jean-Marc Teissedre : « Félicitations à Venturi dont le pari comportait plus de risques que d’avantages ».
Venturi s’engage alors dans un nouveau championnat d’endurance prometteur : le BPR.
En 1994, le BPR voit le jour. Il s’agit d’une série d’épreuves d’endurance réservée aux « GT ».
La première course à lieu sur le circuit du Paul Ricard le 6 mars 1994. Deux Venturi 500 LM prennent le départ au milieu d’une kyrielle de Venturi 400 Trophy qui viennent compléter le plateau.
Apparition de la 600 LM et carton plein pour Venturi
C’est lors de la deuxième course des 4 heures de Jarama le 10 avril 1994 que deux 500 LM évoluées en 600 LM firent leur apparition.
Les évolutions portent sur l’aérodynamique, avec en particulier l’abaissement de l’aileron arrière et un nouveau dessin du bouclier avant résultant de tests effectués en soufflerie. La boite de vitesse reçoit des pinions renforcés (Hewland DGN), les échangeurs sont modifiés et le moteur est retravaillé de fond en comble par EIA afin d’exploiter le nouveau règlement (nouvelles brides d’admission). La puissance s’élève désormais à 570 chevaux à 1,2 bars de pression de turbo.
Aux essais de Jarama, la 600 LM de Ferté – Neugarten réalise le deuxième temps derrière la Ferrari F40 d’Olofsson - Della Noce. Les deux autres 600 LM se qualifient aux 4ème et 6èmes places. L’unique Venturi 500 LM engagée à cette course réalise le 12ème temps. L’écart de performance entre la 500 LM et la 600 LM est flagrant ce qui conforte l’usine dans ses choix.
Lors de la troisième course à Dijon, la pression des deux turbos des 600 LM sera portée à 1,3 bars permettant d’obtenir une puissance de 600 chevaux. Les 600 LM gagnent en compétitivité et obtiennent leurs premières victoires internationales face à Ferrari et à Porsche. En effet, à Dijon les 600 LM s’offrent les deux premières places.
En 1994 une 600 LM s’octroiera même la victoire des 1000 km de Paris le 29 mai 1994 ; où l’on ne retrouvait pas moins de cinq 600 LM aux six premières places de la grille de départ. Au final, deux 600 LM seront sur le podium. Si en 1994 le BPR avait comporté un classement « constructeur », c'est Venturi qui l’aurait remporté.
Les 24 heures du Mans 1994
Malgré les bons résultats des Venturi l’année précédente, sur les onze dossiers présentés, seulement cinq voitures sont retenues par l’ACO et trois voitures sont suppléantes.
Après des essais prometteurs en mai, où la 600 LM de Jacques Tropenat – Michel Ferté réalisa le sixième temps, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Les essais de la mi-juin sont même une véritable une hécatombe : afin de diminuer la consommation d’essence, EIA qui préparait les moteurs de tous les teams avait modifié la richesse des moteurs qui cassèrent les uns après les autres. A cette époque, l’usine n’était pas présente même si la no 39 était engagée au nom de Venturi SA… cette dernière ne parvenant pas à se qualifier.
Au final, six Venturi se qualifièrent de la 15ème à la 46ème place. Durant la course, les casses moteurs s’enchaînèrent et c’est finalement l’une des deux Venturi 400 GTR qui sauvera l’honneur en se plaçant en dix-septième place.
La saison 1994 permet de remporter 4 victoires
Aux 4 heures de SPA, « l’affront sera lavé » puisqu’une 600 LM remporte l’épreuve. C’est la troisième victoire de Venturi alors que Porsche en compte deux et Ferrari une seule.
Lors de la finale du Championnat GT Britannique à Silverstone, Michel Ferté l’emporta, empochant sa troisième victoire de la saison au volant d’une 600 LM.
Enfin, la dernière course de la saison du BPR a lieu à Zhuhai en Chine.
Malgré la distance, Venturi sera très présent à cette course avec pas moins de 8 voitures représentant la marque : Six 600 LM et deux 400 GTR. Seulement trois voitures seront à l’arrivée. La meilleure d’entre-elles la CLM0005 de Graham-Birbeau terminant à la 6ème position.
Pour finir, Venturi réalise une belle saison en 1994 avec trois victoires en courses contre quatre pour Porsche et une seule pour Ferrari.
L’année 1995 marque l’avènement d’une nouvelle ère : l’engagement de budgets considérables des constructeurs et l’arrivée des McLaren F1 GTR conçues comme un prototype, sonnent le glas pour les les constructeurs indépendant et teams privés.
Les Venturi sont à la peine. Face à l’explosion des budgets engagés par les constructeurs, les teams privés ont du mal à suivre. Pour mémoire, le coût d’acquisition d’une McLaren était de 6 millions de francs et d'1 million pour une 600 LM.
Durant la saison 1995, les Venturi font de la figuration alors que les McLaren imposent leur suprématie avec pas moins de dix victoires sur douze courses.
En 1995, apparition d’une évolution de la 600 LM : La 600 SLM
Pour les 24 heures du Mans 1995, Venturi développe une 600 SLM. La voiture dispose d’une puissance de 650 chevaux, d’améliorations au niveau aérodynamique, de suspensions nouvelles et d’un poids de seulement 1 066 kg grâce à l’utilisation massive de kevlar carbone (le poids minimum imposé étant de 1 050 kg).
La 600 LM de Lécuyer CLM0003 proposée à la vente reçoit par l’usine les dernières évolutions de la 600 SLM de 1995 et devient la voiture usine. Elle sera rebaptisée à cette occasion en 600 LM-S en référence à la 600 SLM.
A la première épreuve du BPR qui a lieu au Castelet, elle parvint à se qualifier en 8ème position face à des concurrentes extrêmement affutées. Alors qu’elle est à la bataille pour une place sur le podium, elle est victime d’une sortie de route.
Historique de course de CLM0003
-Avril 1993 - Circuit Fay de Bretagne
Bien qu’elle porte le N°3, il s'agit apparemment du premier exemplaire de la 500 LM qui sera mis au point par quelques grandes figures du sport automobile : Jean Philippe Vittecoq, Pierre Yver, Jacques Laffite ou Mauro Bianchi.
-16 mai 1993 : Essais pré qualif 24 H du Mans
Qualification : 22ème : 500 LM n°56 : Laffite / Verellen / Dechavanne / Ratel - 4’35’’490
Ecurie : Stéphane Ratel
-10 juin 1993 : 24 H du Mans
Qualification : 500LM n°56 : 4’34’’72 Los/Badrutt/Brana 41éme position - 17éme GT
Classement : abandon : 82 tours, 10éme heure, sortie de route
Ecurie : Stéphane Ratel
En partant de la 41éme position, la 500 LM nn°56 ne va pas avoir une course de tout repos. Dès le premier tour, un accrochage avec une Porsche va la contraindre à un arrêt pour le changement du spoiler avant ainsi que du radiateur.
Repartie 30 minutes plus tard, elle s’arrêtera de nouveau avec des problèmes de direction et un changement du capot avant sera effectué.
Au bout de la première heure la 56 est donc bonne dernière avec 5 tours couverts.
A 20h30, elle effectuera une tête à queue qui lui infligera des dégâts à l’arrière et imposera trois quarts d’heures d’arrêt. La course prendra définitivement fin durant la nuit à 1h03 suite à une grosse sortie de piste de Claude Brana.
Après sa sortie de piste du Mans, la voiture est reconstruite, et revendue par l’usine à Laurent Lécuyer.
-21 novembre 1993 : 6H de Vallelunga
Qualification : 13ème n°63 : Lécuyer / Matti / Camandona - 1’38’’117
Classement : 20ème : 177 tours à 51 tours
-6 mars 1994 : 4H du Paul Ricard
Qualification : 2ème n°56 : Neugarten/Witmeur - 2’04’’86
Classement : 6ème : 109 tours à 5 tours.
Écurie : Jacadi Racing
-10 avril 1994 : 4H de Jarama

Qualification : 4ème n°56 : Trollé/Witmeur - 1’38’’72
Classement : Abandon - accrochage - 31 tours.
Écurie : Stéphane Ratel
-1 mai 1994 : 4H de Dijon
Qualification : 4ème n°56 : Copelli/Olczyk - 1’24’’79
Classement : 2ème : 161 tours
Écurie : Stéphane Ratel

-8 mai 1994 : pré-qualifications des 24 h du Mans
Pré-qualification : 13ème n°43 : - 4’24’’380
Écurie : JCB Racing
-29 mai 1994 : 1000 KM de Paris
Qualification : 2ème n°56 : Bouchut/Grouillard – 1’22’’310
Classement : abandon : couple conique.
Écurie: Agusta Racing Team
-10 juillet 1994 : 4H de Vallelunga
Qualification : 4ème n°56 : Bouchut/Grouillard - 1’17’’636
Classement : 5ème 172 tours à 6 tours
Écurie : Agusta Racing Team
-2 octobre 1994 : SILVERSTONE GT britannique
Qualification : n°15 : 2ème : Ferté
Classement : 1er – 12 tours (tour le plus rapide : 2’12’’590 - 137,2771 km/h)
Écurie : Pilot Jacadi Racing
Malgré sa couleur bleue et son sponsor qui pourrait laisser croire à la CLM 0007, c’est bien la CLM 0003 qui a endossée la tenue du team Pilot Jacadi afin de satisfaire le sponsor. En effet la CLM 0007 a subi de tels dégâts lors de l’épreuve de Suzuka qu’il était impossible de la présenter lors de la final du championnat GT britannique. Malgré la défaillance d’un turbo, Michel Ferté remporte l'épreuve.
-13 novembre 1994 : 3H de Zhuhai
Qualification : 4ème n°56 : Alliot/Olczyk - 1’49’’94
Classement : Abandon : 18 tours – injection
Ecurie: Agusta Racing Team
-26 février 1995 : 4H de Jerez
Qualification : 10ème n°56 : Maury Laribiére/Lécuyer/Fabre - 1’53’’15
Classement : 8éme : 113 tours - à 10 tours
Écurie : BBA compétition
-23 avril 1995 : 4H du Nürburgring
Qualification : 28ème n°5 : Maury Laribiére/Lécuyer/Hugenholtz - 1’49’’76
Classement : 13ème : 123 tours à 10 tours.
Écurie : BBA compétition

-18 juin 1995 : LE Mans 24H
abandon (Fire)
Qualif: 29th (4:10.210) - 30th temps
Emmanuel Clérico/Laurent Lécuyer/Bernard ChauvinÉcurie : BBA compétition
En 1996, CLM 0003 devient la voiture usine Venturi. Elle reçoit les évolutions de le 600 SLM des 24 h du Mans 1995 (châssis CLM 0009).
Les modifications portent aussi bien sur la carrosserie que sur la partie mécanique. Au niveau extérieur, elle reçoit le capot avant de la 600 SLM aux formes plus arrondies. Des prises d’air sont installées sur le toit et un extracteur d’air prend place sous le moteur. Au niveau de la partie cycle, elle reçoit des suspensions développées spécifiquement par White Power.
Quant au moteur, il reçoit de nombreuses évolutions : une injection Magnetti-Marelli, un système d’allumage statique, les turbos sont des Garett F1 avec les waste-gates séparées. La pression des turbos est portée à 1,4 bars au lieu de 1,3 bars. La boite de vitesse Hewland DGN est remplacée par la boite Hewland DGC toujours à 5 rapports.
Au final, dans sa configuration SLM, CLM 0003 a perdu 25 kg, sa hauteur de caisse a été abaissée, elle a de meilleurs appuis aérodynamiques et la puissance est passée de 600 chevaux à 640 chevaux.
-Février 1996 : premiers essais en configuration 600 SLM à Lurcy-Lévis
-3 mars 1996 : 4 H du Paul Ricard
Qualification : 8ème n°20 : Bouchut/Lécuyer/Favre - 1’54’’271
Classement : abandon : accident , 88 tours.
Écurie : Venturi Team Lécuyer
-24 mars 1996 : 4H de Monza
Qualification : 16ème n°20 : Lécuyer/Favre/Clerico - 1’49’’513 (189,676 km/h)
Classement : abandon : sortie de piste, 45 tours.
Écurie : Venturi Team Lécuyer
-1 avril 1996
Venturi annonce à Michelin que CLM0003 devient la voiture officielle de l’usine
-14 avril 1996 : 4H de Jarama
Qualification : 17èmen°20 : Lécuyer/Favre/Chauvin - 1’33’’815 (137,738 km/h)
Classement : abandon : durit de turbo - 43 tours.
Écurie : Venturi Team Lécuyer
-28 avril 1996 : préqualifications des 24 heures du Mans
Qualification : 43ème 600 LM n°40 : Lécuyer/Favre/Clérico – 4’05’’997 - non qualifiée
Écurie : B.B.A. concurrence
-15 juin 1996 : 24 heures du Mans
SUPPLEANTE : qualifications : 40ème 600 LM n°40 : 4’09’’673 – Lécuyer/Favre/Clérico
Écurie : B.B.A. concurrence
Saison 1998 : Club Europa pilotée par Nicolaidis
1999 : La voiture est restaurée et un moteur neuf est reconstruit par Peter Ferry SNC (Paris)
2000 : Dijon essais privés
2004 : Repeinte en gris
2010 : Repeinte en bleu
2015 : Acquisition par un marchand parisien, travaux de restauration puis retour en piste pour des essais privés
2016 : Acquisition par son propriétaire actuel Restauration et engagement dans les nouvelles séries de Peter Auto
2021 : Dernière mise au point moteur rt passage au banc, par CTF
Cette Venturi 600 LM-S est une voiture rare dont les performances élevées sauront conquérir son prochain propriétaire qui aura la satisfaction de posséder une voiture Française dont l'histoire est intimement liée à celle des 24 Heures du Mans. Comparée à d'autres GT de la même période elle se distingue par un coût d'entretien bien plus réduit, ce qui constitue un véritable avantage en courses historiques.


The ultimate evolution of the 600 LM
Eligible in the new Masters, Peter Auto and Le Mans Classic series
Race ready.
On February 4, 1993 the Venturi 500 LM is presented with the objective of the 24 hours of Le Mans.
Indeed, the new regulation allows GT cars to participate in the race, which opens new perspectives to Venturi. The buyers of the 500 LM are sure to benefit from the support of the factory which intends to seize this opportunity to develop its notoriety.
From 1993, no less than seven Venturi 500 LM will be entered in the 24 hours of Le Mans. The chassis numbers are CLM0001 to 7. During the preliminary tests, only three cars were ready. It is thus with little preparation that the cars are presented to the race. At the end of the 24-hour race, five cars out of seven managed to cross the finish line, ranked from 23rd to 92nd, which made Jean-Marc Teissedre write: "Congratulations to Venturi, whose gamble involved more risks than advantages".
Venturi then entered a promising new endurance championship: the BPR.
In 1994, the BPR was born. It is a series of endurance races reserved for "GT" cars.
The first race took place on the Paul Ricard circuit on March 6, 1994. Two Venturi 500 LM took the start in the middle of a bunch of Venturi 400 Trophy which completed the field.
Appearance of the 600 LM and full house for Venturi
It is during the second race of the 4 hours of Jarama on April 10, 1994 that two 500 LM evolved into 600 LM made their appearance.
The evolutions concern the aerodynamics, with the lowering of the rear spoiler and a new design of the front bumper resulting from tests carried out in wind tunnel. The gearbox receives reinforced pinions (Hewland DGN), the heat exchangers are modified, and the engine is retuned from top to bottom by EIA to exploit the new regulation (new intake flanges). The power is now 570 hp at 1.2 bars of turbo pressure.
At the Jarama test, the 600 LM of Ferté/Neugarten set the second fastest time behind the Ferrari F40 of Olofsson/Della Noce. The two other 600 LMs qualified in 4th and 6th place. The only Venturi 500 LM entered in this race set the 12th time. The difference in performance between the 500 LM and the 600 LM is obvious, which confirms the factory in its choices.
During the third race in Dijon, the pressure of the two turbos of the 600 LM will be increased to 1.3 bars allowing to obtain a power of 600 horses. The 600 LMs gained in co[...]

à voir également